defiscaliser-ses-revenuss

Existe-t-il un moyen pour défiscaliser ses revenus sans investir ?

Avec l’augmentation de la charge fiscale, les préoccupations concernant les différentiels fiscaux sont encore plus grandes, mais aussi plus complexes.

Il est possible de payer moins d’impôts sans investir un euro ! Il existe plusieurs façons de réduire vos impôts avant 2018 en n’utilisant aucune exonération d’impôt ou déduction fiscale sur l’épargne-pension. Voici toutes nos explications à ce sujet.

Comment réduire vos impôts en 2018 sans dépenser de l’argent ? Tous les conseils pour savoir comment réduire vos impôts sans avoir à compter sur les investissements requis par la plupart des mécanismes de défiscalisation fiscale en place en 2017.

Ayez des enfants pour réduire vos impôts avec la moitié des parts d’impôt

defiscaliser-ses-revenusCe n’est pas l’objectif principal, mais le fait d’avoir un ou plusieurs enfants réduit votre impôt sur le revenu (IR). Comment ? N’oubliez pas de cocher les cases de l’année de naissance (dans la déclaration 2018 des revenus en 2017) qui correspondent au nombre d’enfants à charge du ménage fiscal. Ce sont notamment les cases F et/ou G de l’état civil du formulaire de déclaration de revenus 2042. Dans les années suivantes, les cases seront généralement remplies automatiquement.

Pourquoi les enfants réduisent-ils vos impôts ? Parce que chaque enfant a droit à un demi-tarif supplémentaire pour le calcul de l’impôt pour les deux premiers enfants, et à un taux plein pour chaque enfant supplémentaire à partir du troisième. Toutefois, pour un même revenu, plus le nombre de parts fiscales est élevé, plus l’impôt sur le revenu est faible. Ce principe s’applique également à d’autres taxes telles que la taxe sur le logement.

Simulations pour un couple marié ou Pacsé avec 2 enfants avec un revenu de 50 000 euros (salaire annuel de 25 000 euros chacun), sur la base des règles et barème d’imposition en vigueur en 2017 :

Pour un couple sans enfants (2 parts fiscales), le bénéfice est de 3.581 euros d’impôt sur le revenu. Pour 1 enfant à charge (2,5 parts d’impôt), c’est 2.902 euros d’impôt sur le revenu. Avec 2 enfants à charge (3 parts d’impôt), c’est l’équivalent de 1.633 euros d’impôt sur le revenu. Et avec 3 enfants à charge (4 parts d’impôt), il s’agit de 0 euro d’impôt sur le revenu.

Notez que l’année de naissance, l’attribution de la moitié de la part ou de la totalité de la part d’impôt s’applique à l’année entière, quelle que soit la date de naissance, même si le bébé arrive le 31 décembre. Après l’école primaire, chaque enfant qui appartient à l’administration fiscale bénéficie également de la réduction de la taxe scolaire. Ce qui donne les montants suivants :

  • 61 euros par enfant dans l’enseignement secondaire
  • 153 euros au lycée
  • 183 dans l’enseignement supérieur

Ces allégements fiscaux s’inscrivent dans le cadre de la politique familiale française, laquelle vise à soutenir la natalité et à compenser le surcoût d’avoir des enfants à la maison. Plus la famille est grande, plus le niveau de vie est bas.

Pour les couples, la médiane du niveau de vie avant impôt et des prestations familiales pour une famille est la suivante (étude réalisée sur une base de 100 couples sans enfants selon les PQE et PLFSS en 2013) :

  • Couple avec 1 enfant : 84,3
  • Couple avec 2 enfants : 76
  • Couple avec 3 enfants : 51,3

Si vous êtes en concubinage, répartissez bien vos enfants sur les déclarations

Il est impossible pour un couple non marié de se déclarer en concubinage au même titre qu’un couple marié ou comme Pacsé. Fiscalement, chaque partenaire cohabitant est considéré comme une seule personne, même si le couple vit sous le même toit et qu’un ou plusieurs enfants naissent de cette union. L’administration fiscale estime qu’il y a deux ménages fiscaux et qu’il faut donc établir deux déclarations fiscales distinctes.

La situation peut encore être exploitée par une répartition judicieuse des enfants à charge entre les parents. L’idée est de déterminer à quelle déclaration d’impôt lier l’enfant ou les enfants pour payer moins d’impôt.

En général, dans le cas d’un écart de revenu important entre chacun des parents, le couple doit déclarer les enfants sur la déclaration où le revenu est le plus élevé. Pour être plus clair, voici un exemple : (c’est un calcul basé sur la législation fiscale en vigueur en 2017)

  • Monsieur Georges PILLET perçoit 50 000 euros de salaire annuel, Madame 25 000 euros de salaire annuel.
  • Le couple a deux enfants :
  • Déduction fiscale de 2 enfants par Monsieur, 0 par Madame : 6.617 euros pour l’IR (4.826 euros + 1.791 euros)
  • Cotisation fiscale de 1 enfant par Monsieur, 1 par Madame : 7.285 euros pour l’IR (6.338 euros + 647 euros)
  • Il n’y a pas d’enfants taxés par Monsieur, 2 par Madame : 7 850 euros pour l’IR (7 850 euros + 0 euro).

Au mieux, l’économie d’impôt s’élève ici à 668 euros par rapport à la situation intermédiaire et à 1.233 euros par rapport à la pire option. Notez que dans ce cas, Monsieur George et sa femme pourrait mieux faire : se marier ! L’IR calculé pour ce couple dans une déclaration commune s’élèverait à 5 925 euros.

Choisissez les coûts réels ou la façon de réduire les impôts en déduisant les dépenses d’entreprise

defiscaliser-sans-investirUn salarié dont les coûts professionnels importants ne sont pas couverts par son employeur peut opter pour une méthode spécifique de déclaration de ces coûts afin de réduire ses impôts par rapport au calcul appliqué par l’administration fiscale par défaut. Cette possibilité est appelée « possibilité de dépenses réelles », par opposition à la déduction forfaitaire de 10 %, mieux connue sous le nom de « déduction des frais professionnels ».

L’inconvénient de cette manœuvre est que les procédures de déclaration sont lourdes : de nombreux calculs doivent être effectués et les montants déductibles pour les dépenses réelles doivent être justifiés.

Payez moins d’impôts sur les intérêts du livret d’épargne

Les Français ont des comptes bancaires fiscalisés (CSL) pour plus de 180 milliards d’euros. Ces placements sans risque ne rapportent en moyenne que 0,30% avant impôts sauf cas particuliers. En effet, une grande partie des intérêts perçus finit dans la poche de l’État à un taux de 14, 30, 41 et 45%, selon la tranche d’imposition du ménage. Un taux d’imposition qui passe même de 29,5 % à 64,5 %, y compris les cotisations de sécurité sociale utilisées pour financer la protection sociale. Soit entre près d’un tiers et deux tiers de la réduction de la rémunération due aux différents niveaux de taxation, sans compter la prochaine augmentation de la CSG au 1er janvier 2018.

Il y a donc de meilleures choses à faire. Le minimum est de réorganiser l’allocation de vos placements sûrs en transférant les dépôts des comptes du livret imposable à ceux qui ne sont pas comme le Livret A et le LDDS (LDD solidaire, anciennement LDD).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *