bien-choisir-son-programme-de-defiscalisation

Voici comment bien choisir son programme de défiscalisation immobilière

Beaucoup de gens sont souvent tentés d’investir dans l’immobilier. Une fois que vous êtes bien établi et que vous gagnez un salaire confortable, il peut en effet être sage de commencer à investir dans l’immobilier, ou même de taxer votre projet autant que possible !

Toutefois, tous les actifs ne valent pas la même chose et certains placements peuvent vous rapporter beaucoup moins que d’autres. Comment choisir votre programme immobilier pour en tirer profit au niveau fiscal ? Voici nos conseils pour mieux gérer vos placements !

Exonération fiscale : la loi Pinel

investir-loi-pinelDepuis le 1er septembre 2014, la loi Pinel offre à tous ceux qui veulent devenir propriétaire la possibilité de réaliser des économies d’impôts. Sur la base de cette loi, vous pouvez économiser jusqu’à 63.000 euros sur vos impôts.

C’est une occasion pour tous les individus de commencer un programme immobilier qui paie vraiment, et à long terme. Toutefois, certaines conditions doivent être remplies pour pouvoir bénéficier du régime. Calculée sur la base du montant pour lequel vous louez votre maison, votre réduction d’impôt peut vous permettre de réaliser de réelles économies.

Pour être admissible, vous devez louer votre propriété pendant au moins 6, 9 ou 12 ans sans jamais dépasser le plafond de loyer. Les ressources de vos locataires ne peuvent dépasser certains montants. En effet, l’objet de la loi Pinel est de faciliter, par exemple, l’accès au loyer pour les étudiants, d’où l’importance de l’exonération fiscale.

Cette loi ne s’applique en tout état de cause qu’aux marchandises neuves ou non encore livrées. Vous devez donc recevoir des informations à l’avance afin de pouvoir mettre en place un programme d’investissement correspondant. De nombreux spécialistes vous proposent l’aide nécessaire à l’élaboration de votre plan d’investissement sur internet !

Pensez à votre plan d’investissement

plan-investissementEn dehors de la Loi Pinel, d’autres dispositifs peuvent vous permettre de réduire vos impôts. C’est le cas, par exemple, lorsque vous construisez un programme immobilier autour d’un investissement dans une maison de service.

Par exemple, les résidences étudiantes, les résidences pour personnes âgées, les résidences consacrées au tourisme ou les quartiers d’affaires sont également des investissements immobiliers intéressants. Dans ce cas, la propriété est gérée par un opérateur agréé. Avec ce processus, vous pouvez économiser jusqu’à 4 %.

Afin d’établir votre plan d’investissement, vous devez d’abord vérifier si le gestionnaire est sérieux et si la propriété est viable. N’hésitez pas à visiter les résidences déjà utilisées.

Si vous possédez déjà une propriété, vous n’avez pas besoin d’investir dans une autre. Il est en effet tout à fait possible que vous fassiez des économies en travaillant dans un bien que vous possédez déjà.

De cette façon, vous pouvez déduire une partie du montant investi du loyer et même le déduire de votre revenu annuel total. Toutefois, vous ne pouvez pas dépasser 10.700 €.

Quelle est la petite astuce ? Pour votre plan d’investissement, si vos travaux sont importants, n’hésitez pas à commencer à la fin de l’année en cours et au début de l’année suivante. Vous pouvez ainsi clairement profiter de vos avantages fiscaux.

Comment construire votre investissement ?

Afin de tirer le meilleur parti de votre investissement, il est préférable de faire appel à des professionnels pour vous aider à réfléchir à votre plan d’investissement. Investir n’est pas si facile et pour obtenir la meilleure affaire, vous devez connaître toutes les conditions liées à l’exonération fiscale. Par conséquent, l’embauche de professionnels n’est pas une mauvaise solution.

Un promoteur immobilier peut, par exemple, vous aider à trouver la meilleure solution pour votre plan d’investissement et à l’imposer efficacement. N’hésitez donc pas à vous renseigner avant de prendre votre décision !

2018 : Quels changements pour les revenus locatifs ?

Le régime Pinel, tel qu’il était en vigueur, a expiré le 31 décembre 2017. Toutefois, l’accord sera prorogé pour une nouvelle période de quatre ans sous de nouvelles conditions. L’objectif initial du régime était d’encourager les investissements locatifs, l’accession à la propriété et la construction de nouveaux logements dans les régions où l’offre sur le marché immobilier est insuffisante pour répondre à la demande (en termes de volume et/ou de prix). En 2017, le zonage établi a été étendu (sous réserve de l’approbation du préfet de région) et donc appliqué à l’ensemble du territoire.

Pour 2018, les investisseurs peuvent donc s’attendre à une limitation du champ d’application géographique, puisque la loi Pinel ne s’appliquera qu’aux zones A, A bis et B1 (la zone B2 est éligible jusqu’au 1er janvier 2019).

Voici nos conseils sur les pièges à éviter

Il ne faut pas oublier qu’un investissement dans la loi Pinel est avant tout un investissement dans l’immobilier. Il est donc nécessaire de prêter attention aux mêmes paramètres qu’un achat « traditionnel » d’un bien immobilier, mais aussi à certains aspects spécifiques à l’achat dans le neuf. Voici les pièges à éviter et les points à vérifier.

  1. Méfiez-vous des offres marketing trop tentantes

Afin de vendre rapidement un grand nombre de lots, certains vendeurs/promoteurs n’hésitent pas à réaliser de véritables guerres de marketing. Une simulation très intéressante est proposée, mais souvent avec des hypothèses de calcul très optimistes ou irréalistes, l’omission de certains coûts, un taux d’occupation optimisé  » sans location vacances « , l’exclusion des différents coûts de gestion et d’assurance.

  1. Évitez les programmes à faible coût

La nouvelle construction a un prix de revient. Le prix du terrain et les normes énergétiques récentes font grimper les prix au mètre carré. Si un programme est très, trop abordable, méfiez-vous de lui. La situation est-elle vraiment intéressante (prix du terrain) ? Quels sont les services dans les appartements ? Quelles sont les finitions ? Trop sur la qualité, dans quel genre d’état l’appartement et l’immeuble seront-il après 12 ans ?

  1. Le programme ne peut pas être vendu principalement en Pinel

Dans certaines régions, presque toutes les parcelles d’un programme sont vendues en vertu de la loi Pinel. Résultat : des résidents, principalement des locataires, accordent moins d’attention à la conservation du patrimoine. Ce qui entraînera évidemment une revente qui risque d’être bloquée à la fin de l’exonération fiscale si tous les propriétaires veulent vendre leur investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *